les femmes célibataires villaguay

Palacios était en train de construire un grand moulin à vapeur!
De Santa Fé je suis passé à Cordoba en suivant la voie ferrée inaugurée, il y a peu de temps, et qui unit directement les deux capitales.
De Santo Tome à Posadas 32 V * La colonisation dans les Missions.
Cet esprit de discipline et d'association donne aux Russo- Allemands une force de production extraordinaire; les résul- tats le prouvent : c'est pourquoi le terrain leur manque déjà, et ils vont en acheter, site de rencontre canadien gratuit non payant et en louer dans toutes les direc- tions; au Cerrito, ils ont.La colonie, qui n'avait eu jusqu'alors qu'une exis- 20 UNE visite AUX colonies tence embryonnaire en quelque sorte, put se développer dans tous les sens.On sait que ce port est destiné à un grand avenir.Un autre ouvrage hydraulique, qui se combine avec la digue de San Roque, est la digue de Mal-Paso, qui se trouve plus près de Cordoba.Le campo (prairie) est parsemé de bosquets plus ou moins étendus qui fourniront en abondance du bois de chauffage et du bois de construction.Cabal dut livrer ses terrains à la Banque de Londres à raison de quatre mille piastres la lieue.Les Russo-Allemands ne se servent pas mature à la recherche d'hommes dans avellaneda de bœufs pour labourer; ils apprivoisent et dressent des chevaux qu'ils emploient à la charrue et au char, et ils en obtiennent les meilleurs résultats.Le père ne parle pas l'espagnol, mais les enfants l'ont appris de même que tous les jeunes gens de la colonie.On attend le chemin de fer qui aura une station dans le village.Cependant ils restèrent campés dans ces parages pen- dant trois semaines, tandis que le géomètre arpenteur étu- diaitle terrain ; mais il ne tarda pas à se convaincre qii'il était tout à fait impropre pour la colonisation agricole, car il était sujet aux inondations, exposé.Ces forêts de palmiers m'ont rappelé les pinadas des Landes de Gascogne entre Bayonne et Bordeaux.



Brougnes dit dans une brochure en langue espagnole qu'il a publiée sous ce titre : la Vérit' sur la province de Sa7i Juan (province de Corrientes) : « Un voyage que je fis en 1850 au Rio de la Plata avec Tidée d'étudier les condi.
Les pommes de terre surtout donnent d'excellents résultats.
Ce qui fait 445 kilomètres.A la station il n'y a qu'une auberge, encoreassez primitive, tenue par un Anglais ; c'est ce qu'on appelle une pulperia.Le second convoi arriva au mois de juin de la même année; le troisième en juillet; la colonie s'accrût aussi, rapidement et considérablement, de familles venues de la République de l'Uruguay, ainsi que des autres colonies du pays.Les colons y étaient en majorité.La colonie municipale de Rosario del Talia., JLa Nueya Ale)îiania.




[L_RANDNUM-10-999]